Home > Chronique > DEATHROLL- Into The Vortex
into the vortex par deathroll

NOTE : 4/5

La douleur physique extrême inspire la brutalité de cet EP, premier méfait du groupe DEATHROLL. En fait, lors de l’enregistrement, le guitariste David Coloma, a subi plusieurs interventions chirurgicales pour réparer une rupture de l’intestin. Du coup, il dit, je cite : « chaque riff ressemble à mes entrailles épluchées » ; là, c’est du vécu.

 

 

il est accompagné du chanteur Diego Rojas, Steffen Fernandez à la basse et d’un certain ami de longue date, avec qui il avait fondé, il y a 20 ans, son premier groupe, le célèbre batteur Kevin Talley qui a joué avec DYING FOETUSMISERY INDEX, SIX FEET UNDER ET SUFFOCATION. 

 

 

Et cela donne musicalement, un metal brutal technique que j’aurai presqu’envie de qualifier de brutal thrash technique comme pour Visceral end ; mais pas que. Au milieu d’un déferlement de plans de guitare thrashy nerveux et véloces, se lovent certains riffs de guitare mélodique assez proche du death mélo sur The rise of artificial souls, voire même rappelant certaines harmonies proches de celles d’un RUSH boosté à la testostérone sur Into the vortex.

 

 

 Le tout est appuyé par une batterie ultra speed et changeante, en forme de déflagrations d’un haut niveau. Quant au chant, il éructe ses mots dans une colère non feinte. Cet ep qui ne dure pas plus de dix minutes est un vrai concentré de plaisir. Et sans jeux de mots faciles, vu le contexte, cela leur sort des tripes ! Bravo !

  TRACKLIST :

 1. The rise of artificial souls

    2. Into the vortex

 3. Visceral end

You may also like
Revocation of the Fallen par disavowed
DISAVOWED- Revocation of the Fallen
Suden Promotion
Metal France partenaire de Suden Promotion !
benighted et l'album« Obscene Repressed
BENIGHTED – Obscene Repressed
Child Of Waste - Hunger Made Man
[CHILD OF WASTE] Nouvel album disponible !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.