Home > Chronique > LEPROUS – Aphelion
leprous - aphelion

 

4.5/5

 

Suite à la sortie de « Pitfalls » en 2019 (lire notre chronique), LEPROUS aura tout juste eu le temps de se produire un peu partout en Europe (notons, tout de même, sept passages en France !) avant que le monde du spectacle s’endorme complètement. Tant et si bien que la sortie du successeur nous aura paru soudaine, la promo du dernier album ayant été interrompue prématurément. Mais c’est bien deux années de production dont « Aphelion » a bénéficié, faisant de cet album une œuvre résolument marquante et aboutie !

Les deux mots d’ordre de ce septième album sont, plus que jamais, « contraste » et « crescendo », qualifiant à la perfection un titre tel que Out Of Here. L’effet d’attente troublant, que l’on doit majoritairement à la voix limpide d’Einar Solberg, précède une montée en puissance simple et sans développement superflu, mais qui parvient à emporter l’auditeur dès la première écoute.

Là où « Pitfalls » et « Malina » (2017) ouvraient sur une ambiance feutrée, Running Low propose en intro un chant puissant, sobrement accompagné du piano martelant et du violoncelle presque inquiétant. On relâche la pression à l’aide d’une bonne dose de groove sur le refrain, qui expose également des harmonies vocales travaillées. En outre, si la voix a toujours représenté un point fort chez LEPROUS, on constate une performance encore plus actrice des émotions, plus variée, et parfois à peine exhaussée d’un minimum de sonorités. Il n’y a qu’à se laisser porter par les premières notes de Have You Ever ? pour s’en rendre compte, avant de savourer le pic d’intensité progressivement construit par le piano et la batterie.

 

 

La même approche enrichit The Shadow Side, où l’on retrouve un rare solo de guitare apportant toujours plus de groove à l’ensemble. La puissance est au rendez-vous sur On Hold, qui se voit accentué par une alliance violon / guitare et un chant passionné sur le refrain, faisant de cette compo’ une des plus poignantes de l’album. De même, le refrain de Silhouette, dont la batterie technique et les effets electro n’auraient pas fait tache sur « The Congregation » (2015), reste instantanément en tête. Encore une fois, la manière presque soudaine dont il se termine s’affranchit ainsi d’un développement à rallonge, préservant sa fraîcheur et son charme.

Si l’atmosphère de ces titres reste très cohérente avec celle des deux albums précédents, on note toutefois des compos à part, à l’instar de All The Moments, dont l’intro rock et le refrain très positif créent un contraste plutôt fluide avec ses passages mélancoliques. L’émouvante ballade Castaway Angels se démarque aussi par sa structure simple et son caractère presque « live » – il s’agit d’ailleurs d’un titre que LEPROUS a présenté l’année passée, et qui semble refléter l’approche directe de composition et d’enregistrement. Quant à The Silent Revelation, il présente un bon compromis entre dynamisme et minimalisme. La batterie, très prog’, mène la danse de toute sa technicité, et l’excellent final nous touche en plein cœur avec ses lignes de chant superposées.

 

leprous 2021

Tor, Baard, Einar, Simen, Robin.

 

Nombre de bons ingrédients se voient alors réunis pour le titre final Nighttime Disguise. Fait amusant : le titre a la particularité d’avoir été guidé par les fans en début d’année lors d’un livestream de 6 jours, comme nous l’expliquait Tor Oddmund lors de notre entretien cet été. Ainsi, les goûts personnels des fans, alliés à la capacité d’adaptation de LEPROUS, sont parvenus à créer une composition finale de génie, où il est difficile de ne pas apprécier chacun des éléments. Mais on retient surtout le soupçon de voix grave inattendu, l’interlude au piano vite rejoint par la guitare, le violon, la charley, puis, enfin, les voix harmonieuses, avant un final chaotique porté par les instruments à vents du combo Blåsemafian, et – à notre grande surprise, un retour savoureux du chant extrême qui transcendent la fin d’ « Aphelion » !

 

Ainsi, les moments intimistes confrontent des passages plus fougueux et libérés. À l’instar des albums précédents, « Aphelion » s’apprécie de plus en plus au fil des écoutes – pourtant, on ne peut nier avoir été convaincu beaucoup plus vite, tandis que chacun des musiciens composant le groupe expose tout le talent dont ils sont capables, sans compter leur capacité et leur volonté à surprendre sans arrêt leurs auditeurs – et c’est la personne qui, à l’époque, avait attribué la note maximale à « Pitfalls » qui vous l’affirme…!

 

 

TRACKLIST

1. Running Low
2. Out Of Here
3. Silhouette
4. All The Moments
5. Have You Ever?
6. The Silent Revelation
7. The Shadow Side
8. On Hold
9. Castaway Angels
10. Nighttime Disguise

 

You may also like
leprous 2021
[LEPROUS] APHELION maintenant disponible !
leprous 2021
LEPROUS – Tor Oddmund Suhrke, 30/07/2021
toehider - i like it
Récap’ 2020 / Par Lucinda
Leprous sur scène en 2017
[LEPROUS] Nouveau titre + livestream d’Einar Solberg

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.