Home > Chronique > LOUDBLAST- Manifesto
manifesto par loudblast

NOTE : 3/5

Après une longue absence, LOUDBLAST est de retour avec « Manifesto », un nouvel opus qui est marqué quelques changements de line up. Exit Drakhian Griffar à la 6 cordes, exit le bassiste Alex Lenormand. Bienvenue à Jérôme Point-Canovas (ex-NO RETURN) à la guitare et Frédéric Leclercq à la basse (ex-DRAGONFORCE, KREATOR). Pour ce nouveau méfait, il parait que Buriez voulait un retour aux sources tout en gardant le coté malsain de « Buried Ground ». D’ailleurs, il faut préciser que le « pote » du « Bal des enragés », a plus que trempé sa plume dans cet opus, ceci expliquant cela.

 

 

Alors, honnêtement, ne connaissant pas leurs premières œuvres, voici, avec mes mots, mon ressenti à l’écoute de cette galette. Je dirai grosso modo, que cet album est coupé en deux parties, comme si l’écriture c’était faite en deux temps. Dans le premier chapitre, on se prend en pleine tête, un metal, plus death que thrash. Todestrieb, Erasing Reality et Relentless Horror sont agressifs en diable, construits sur de multiples plans qui s’enchaînent avec une cohérence technique bien huilée, comme si vous étiez sur un grand huit aux multiples circonvolutions.

 

 

The Promethean Fire est lui, plus répétitif dans son riffing, ourlé de petites notes glacées. Dans la même veine, un peu de black se pose sur sur Preaching Spiritual Infirmity. Invoking to Justify alterne parties plus calmes et instants incandescents, avec, à mi-parcours, un riff simple, heavy et flippant. Festering Pyre est rapide, nerveux, nanti d’un passage ambiancé où se font entendre le son d’instruments à cordes, genre violon ou violoncelle, le tout porté par des harmoniques mélancoliques. Beaucoup aimé.

 

 

Ensuite, on arrive dans un autre monde. Into the Greatest of Unknowns est basé sur des riffs simples et répétitifs, une sorte de heavy qui aurait vendu son âme au death. Solace in Hell est porté par un beat métronomique, pas loin d’un death n’roll quant à Infamy Be to You, c’est carrément un doom, baignant dans une atmosphère délétère et vénéneuse flirtant avec le black. Comme précisé plus haut, tout au long de cet album, leur metal est imprégné d’un aspect particulièrement morbide, venimeux.

 

 

En conclusion, Je pense que là, il y en a pour tous les goûts et à part Into the Greatest of Unknowns, qui ne m’a pas particulièrement marqué, LOUDBLAST va en conquérir plus d’un, toutes générations confondues. Du bon boulot, bien amené.

 TRACKLIST :

01. Todestrieb
02. Relentless horror
03. Erasing reality
04. The promethean fire
05. Preaching spiritual infirmity
06. Invoking to justify
07. Festering pyre
08. Into the greatest of unknowns
09. Solace in hell
10. Infamy be to you

You may also like
Oranssi Pazuzu - Mestarin Kynsi
Récap’ 2020 / Par Stef
omega infinity - solar spectre
Récap’ 2020 / Par Adel
decameron par techno thriller
TECHNO THRILLER- “Decameron”
propaganda par war agenda
WAR AGENDA- Propaganda

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.