Home > Chronique > NAPALM DEATH – Throes of Joy in the Jaws of Defeatism

NAPALM DEATH – Throes of Joy in the Jaws of Defeatism

napalm death - throes of joy in the jaws of defeatism

4/5

Seizième album des malades géniaux de NAPALM DEATH et comme souvent, au cours de leur longue carrière, le courage d’emprunter une autre route expérimentale. Alors pas sûr que les fans de la première heure, voire même de la deuxième, aimeront tous les titres de cet opus, car certaines « chansons » sont teintées d’influences dont je vous parlerai plus avant. N’empêche que depuis plus de 30 ans, il n’y a toujours pas de groupe sur Terre qui sonne comme NAPALM.

 

Cette galette a été composée par le bassiste Shane Embury, jouée à la guitare sur certaines parties par John Cooke, le session live, sans oublier Mitch Harris qui a bien voulu enregistrer certains riffs (il est en congé sabbatique du groupe). Est c’est très varié ! Alors bien sûr, les fans du début seront heureux car on y trouve des bombes incandescentes, violentes et tumultueuses à souhait où se côtoient punk, death, grind et thrash dans une violence et une immédiateté comme seul peut en dispenser NAPALM.

On peut citer Fuck the Factoid, Backlash Just Because, That Curse of Being in Thrall, ou encore Contagion, ourlé quant à lui de quelques arpèges post rock, sans oublier Zero Gravitas Chamber, Fluxing of the Muscle qui enfoncent le clou. Des titres qui emboîtent les genres, les enveloppant dans une agressivité à la colère portée au rouge. Et là-dessus, comptez sur le père Barney, dont le gosier est comme un marteau pilon brutal et plein d’une rage folle.

 

Et puis il y a les autres titres. Prenons Joie de ne pas Vivre, au refrain français qui est une sorte d’indus/noisy malfaisant, comme trempé dans une aura psychédélique dénaturée, ou bien Invigorating Clutch qui raisonne tel un post punk hypnotique et malsain. En somme, des compositions que je trouve géniales pour l’atmosphère dénaturée qu’elles dégagent.

En parlant de post punk, n’oublions pas Amoral ou A Bellyful of Salt and Spleen, sorte de litanie de malade déclamée sur un lit, non pas d’hôpital psychiatrique, mais de bidouillages électroniques et autres bruits de fond pathologiques, le tout appuyé par une batterie lente et martelant. (Danny Herrera, comme à son habitude s’avère un virtuose excité des fûts…). Ces morceaux portent la marque unique de ce combo, qui détournent d’autres genres pour les corrompre à leur sauce.

 

Dans leurs mains (et leurs voix), toutes ces musiques font l’effet d’une scie égoïne à vif dans vos tympans. C’est particulièrement insalubre, impur, souillé, infecté. Une fois de plus, ce groupe s’impose comme étant un maître en la matière qui, malgré toutes ces années, arrive toujours à surprendre tout en étant novateur, unique et hors de portée d’une certaine critique. Pour moi, un album qui compte. Je persiste et je signe, malgré certains avis négatifs sur les réseaux sociaux !

 

TRACKLIST

1. Fuck the Factoid
2. Backlash Just Because
3. That Curse of Being in Thrall
4. Contagion
5. Joie De Ne Pas Vivre
6. Invigorating Clutch
7. Zero Gravitas Chamber
8. Fluxing of the Muscle
9. Amoral
10. Throes of Joy in the Jaws of Defeatism
11. Acting in Gouged Faith
12. A Bellyful of Salt and Spleen

You may also like
Sodom - 20th Anniversary Edition of the Anti-War Album
[SODOM] 20e Anniversaire Edition de l’album Anti-War
Black Stone Cherry - 2020
[BLACK STONE CHERRY] Nouvelle vidéo « Give Me One Reason »
Crypta annonce la sortie de leur premier album le 11 juin chez Napalm Records
[CRYPTA] – second single « Starvation »
summoning the putrid - iron flesh
IRON Flesh- Summoning the Putrid

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.