Home > Chronique > OMEGA INFINITY – Solar Spectre

OMEGA INFINITY – Solar Spectre

omega infinity - solar spectre

 

NOTE : 4,5/5

9 chansons. 9 astres.

Ainsi commence l’épopée de OMEGA INFINITY, avec un album construit en forme de système solaire. Mais un système solaire chaotique, où tous les astres sont dans le désordre. Comme si la musique avait décidé de bousculer l’ordre cosmique par la force de son énergie sombre.

L’exploration de l’énergie en question, la musique, est passionnante. Le black atmosphérique de OMEGA INFINITY se fait très nuancé et change d’un morceau à l’autre. Si certains vont marquer par leur nature planante et psychédélique, d’autres seront plus sévères et reflèteront la violence de l’inconnu et le gigantisme de notre univers.

On entend dans « Solar Spectre », du chant black typique, mais aussi du chant de gorge, du lyrique, une voix féminine…. l’instrumentation est violente et organique, tend parfois vers l’industriel…. d’un morceau à l’autre, notre oreille voyage. Elle slalome entre les astres, à l’aveugle, mais sans jamais se perdre. Les rythmes électro évoquent la course régulière des roches qui forment les anneaux de Saturne, la douceur du thème de Neptune nous fait visualiser sa texture lisse et uniforme, Jupiter et son imposante stature marquée par un rythme froid, ferme et saccadé… tout dans cet album est sensoriel et coloré.

Faire une analyse détaillée de chaque pièce de l’album ne serait aucunement constructif. D’une part car la perception de chaque morceau peut être subjective selon l’image qu’on attache à l’astre en question, et d’autre part, pour garder vivante la part de mystère de cette aventure que nous propose le groupe.

Beaucoup de groupes puisent leurs inspirations et leurs thématiques dans le cosmos. En voici un nouveau, apportant à cet édifice un spectre rayonnant. Loin de la sécheresse d’un DARKSPACE ou de l’aspect cinématographique d’un ALRAKIS, OMEGA INFINITY varie le ton, personnifie les planètes et leur donne des couleurs. Ce qui ne l’empêche jamais d’être aussi noir que le black metal peut l’être. Fascinant.

 

TRACKLIST

1. Uranus

2. Mars

3. Venus

4. Jupiter

5. Sol

6. Neptune

7. Saturn

8. Terra

9. Mercury

You may also like
gensis XIX par sodom
SODOM- Genesis XIX
detritus of the final age par harlott
HARLOTT- Detritus of the final age
Ondskapt - Grimoire Ordo Devus
[ONDSKAPT] Nouveau morceau et nouvel album
most du groupe silent obsession
SILENT OBSESSION- Lost

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.