Home > Chronique > SILENT OBSESSION- Lost
most du groupe silent obsession

NOTE : 3.5/5

SILENT OBSESSION, groupe de death metal, est à l’origine un projet solo formé par Max Marginal en 2017. Il faut dire que ce musicien habite à Alger, pas vraiment un endroit où ce genre de musique est reine. Du coup pas évident de trouver des musiciens qui soient en adéquation avec ce style de metal, après pas mal de recherches et d’essais, il finit par tomber sur des gens motivés. D’autres difficultés vont avoir lieu pour ensuite pouvoir finaliser correctement leur EP nommé « Lost ». Du coup, du respect pour ce monsieur, qui dans un pays où il est difficile de faire reconnaitre ce genre de musique, s’est accroché pour parvenir à son but. 

 

 

Inspiré par des groupes comme DECAPITATEDMORBID ANGEL, voilà ce que j’en pense. On a le droit à un death metal vraiment old school, brutal et assez technique, aux nombreux plans changeants. Après une intro aux riffs heavy malsains, agrémentés d’une guitare aux solos omniprésents, qui tricote sans arrêt, s’ensuivent trois titres. La formule est toujours un peu la même, avec quelques variantes selon les compositions. Alternance de passages nerveux et médiums, joués d’une telle manière qu’il règne dans cette musique une tension de tous les instants.

 

 

 Prenez par exemple Paranoia Activity ; c’est comme une corde que l’on tendrait et relâcherait à souhait ou bien un fauve qui ferait mine de vous bondir dessus et se retiendrait au dernier moment. Leur death est heurté, agrémenté d’une kyrielle de solos nerveux et bavards, qui giclent leur haine, de passages plus médiums, de petits riffs mécaniques et répétitifs comme pour D.E.A.D, ou bien porteur d’un peu de groove thrashy sur Destruction of the spirit.

 

 

 Du coup, au final, c’est bien fait, pas original, soit, mais habité par l’âme d’une passion sans faille. Pour la petite histoire, je me suis écouté ça à quatre heures du matin et soudain, j’ai eu l’impression de revenir des années en arrière, là, où en Floride, tout a commencé. Sauf que cela vient d’Afrique du Nord et que Max a voulu, au travers de sa musique, représenter l’âme noire qui habite parfois l’être humain ! C’est réussi !

 TRACKLIST :

1; Intro

 2. Paranoia Activity

 3. D.E.A.D

  4. Destruction of the spirit

You may also like
Oranssi Pazuzu - Mestarin Kynsi
Récap’ 2020 / Par Stef
omega infinity - solar spectre
Récap’ 2020 / Par Adel
decameron par techno thriller
TECHNO THRILLER- “Decameron”
propaganda par war agenda
WAR AGENDA- Propaganda

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.