Home > Chronique > TAGADA JONES – À Feu et À Sang

TAGADA JONES – À Feu et À Sang

à feu et à sang par tagada jones

NOTE : 4/5

Et voici, Mesdames et messieurs : « À Feu et À Sang ». 27 ans de bons et loyaux services pour les Bretons de TAGADA JONES , mais ni l’âge, ni leur nombreuse discographie, n’ont émoussé leur colère envers une société en déperdition, qui continue cependant à nous prendre pour des insectes sans importance, sauf quand il s’agit de notre portemonnaie. Effectivement, ce nouvel album, qui sort le 30 octobre, en a dans les tripes.

 

 

 La rage en bandoulière, la musique se joue à fond, puissante comme un tir de barrage et Niko, éructe sa haine, à coup de phrases en forme de pamphlets incendiaires, conspuant, dénonçant notre terre qui se meurt (les 4 Éléments), la nourriture dont on nous gave (l’Addition), les politiques, la répression par la force, le pétrole (le Dernier Baril), tout en affirmant, que lui est sa clique ont toujours le poing levé (à Feu et à Sang, Nous avons la rage). Il y a même Didier Wampas en guest sur « elle ne voulait pas », une chanson peut être autobiographique.

 

 

 Et au niveau des influences, ça pulse via pas mal d’horizons. Du punk rock où la guitare y va de ses petits riffs enjoués (même si les mots sont plutôt couleur charbon ardent), comme par exemple Pour L’Amour, Pour La Gloire, Elle Ne Voulait Pas, De Rires et de Larmes, sans oublier L’Addition avec son « one two three for » à la RAMONES. De l’indus à la RAMMSTEIN sur Le Dernier Baril, un peu de groove à la sauce année 80 sur le violent Les Autres, des accords modernes sur Un Lion en Cage, un petit côté rock n’roll dans leur punk (À Feu et à Sang) et puis du gros son sur des titres comme La Nouvelle Génération, superbe morceau qui commence avec un chœur d’enfant, où se lovent des solos à la MOTORHEAD, avec en fond, de la guitare en zone rouge. 

 

 

D’ailleurs en parlant solos, stef et sa guitare se lâchent dans la dernière partie de cette galette à la frangipane en forme de dynamite. Quant au bassiste, il nous pose aussi un solo sur le très « motorheadien » Zombie. Et oui vous l’aurez compris, ils donnent aussi bien dans le hardcore, le punk rock, que le hard rock. Et pour booster le tout, Job, derrière sa batterie, fait son…Job (ok, je sors), comme un métronome devenu dingue, car ici, on aime quand ça va très vite, sauf peut-être sur Magnitude 13, qui clôt l’album sur un beat plus lent. 

 

 

Alors vous dire que j’ai aimé cette galette, oh que oui ; j’ai même eu, au détour de certaines mélodies accrocheuses et de mots en forme de braise, le frisson. Pour moi, ils sont comme LOFOFORA, des valeurs sures, cousins des BERURIERS NOIRS et des SHERRIFF et ils n’ont pas fini de jeter moults pavés dans la mare du quotidien. Pas pour rien que j’ai écouté un milliard de fois « mort aux cons », issu de leur album La Peste Et Le Choléra, car, comme tous ces groupes, ils ont le secret des suites d’accords fédératrices, qui donnent envie de crier… FAITES DU BRUIT !

  TRACKLIST :

01. À Feu Et À Sang
02. Nous Avons La Rage
03. Le Dernier Baril
04. Les 4 Éléments
05. Pour L’Amour, Pour La Gloire
06. Elle Ne Voulait Pas (avec Didier Wampas)
07. De Rires Et De Larmes
08. Les Autres
09. Un Lion En Cage
10. La Biche Et Le Charognard
11. L’Addition
12. Zombie
13. La Nouvelle Génération
14. Magnitude 13

You may also like
detritus of the final age par harlott
HARLOTT- Detritus of the final age
Ondskapt - Grimoire Ordo Devus
[ONDSKAPT] Nouveau morceau et nouvel album
most du groupe silent obsession
SILENT OBSESSION- Lost
manifesto par loudblast
LOUDBLAST- Manifesto

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.