Home > Chronique > WRECK-DEFY – Powers that Be

WRECK-DEFY – Powers that Be

WRECK-DEFY– Powers that Be

NOTE : 3.5/5

 

WRECK-DEFY vous balance en pleine poire leur troisième album en seulement quatre années d’existence. Faut vous dire, mesdames et messieurs, qu’il y a en son sein des musiciens comme Aaron Randall (ex-ANNIHILATOR), Greg Christian qui a, entre autres, officié dans TESTAMENT, et puis Alex Marquez qui a lui joué dans tellement de groupes que décrire son « pedigree » prendrait plusieurs lignes. N’oublions pas non plus Matt Hanchuck. Ces Canadiens en ont sous le capot ! Démonstration.

 

 Déjà, c’est du nerveux, de l’emporté, ça ne fait pas semblant. Ensuite, au niveau dextérité, on sent l’expérience musicale de ces messieurs. Enfin, ils aiment bien mêler à leur thrash de vraies influences mélodiques tirées du heavy metal. Et pour terminer la présentation, chaque titre a, souvent, sa petite particularité. Beyond H8 a une courte intro et des solos à la MAIDEN. Powers That Be, qui dure plus de sept minutes, est un feu d’artifice explosant dans nos oreilles une kyrielle de riffs et de tempos différents entre EXODUS et ANNIHILATOR ; en ce qui concerne cette dernière influence, elle se love surtout dans la partie musicale des solos. D’ailleurs, on retrouve ANNIHILATOR sur Drowning in Darkness, en version plutôt épique.

 

Space Urchin est accrocheur avec de la voix claire sur le refrain. Scumlord rappelle un peu MEGADETH dans son côté angoissé, et Freedomless Speech alterne tempos speed et plus médium (une sorte de mix entre un EXODUS et un MEGADETH). Il faut dire qu’ils sont spécialisés dans les changements brusques de tempos, comme pour ce Goodbye to Misery, qui propose un judicieux mélange des genres. On the Other Side termine l’album sur un court morceau mélodique et léger.

 

Bref, du bel ouvrage qui balance à la fois du mélodique au parfum heavy metal, de la technicité sans en faire des tonnes, un bon mix d’influences et une rage qui n’est pas surjouée. Du bon thrash !

 

  TRACKLIST

01. Beyond H8
02. Powers That Be
03. Skin
04. Drowning in Darkness
05. Space Urchin
06. Scumlord
07. Freedomless Speech
08. Goodbye to Misery
09. I Am the Wolf
10. On the Other Side

You may also like
amgelus apatrida par ANGELUS APATRIDA
ANGELUS APATRIDA- Angelus Apatrida
Oranssi Pazuzu - Mestarin Kynsi
Récap’ 2020 / Par Stef
omega infinity - solar spectre
Récap’ 2020 / Par Adel
decameron par techno thriller
TECHNO THRILLER- “Decameron”

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.